Comment apprendre la grammaire d’une langue ?

La grammaire est le cauchemar de plus d’un apprenant de langues. Conjugaisons, déclinaisons, ordre des mots, règles et exceptions à n’en plus finir : tous ces éléments semblent impossibles à maîtriser. Comment aborder l’apprentissage de la grammaire ? Voici quelques réflexions et suggestions qui devraient vous aider à appréhender la grammaire d’une nouvelle manière.

L’approche traditionnelle de la grammaire

À l’école et dans beaucoup de cours de langues, un accent important est mis sur la grammaire dès le début de l’apprentissage. On vous demande d’apprendre des règles, conjugaisons, déclinaisons, etc., dès les premières leçons, et on vous teste spécifiquement sur ces éléments. Je pense que c’est une mauvaise approche.

Dans les premières phases de l’apprentissage, mieux vaut concentrer son attention sur l’acquisition de vocabulaire. Pourquoi ? Les mots sont les éléments grâce auxquels vous pouvez construire des phrases. Si vous en êtes privé(e), vous ne pouvez rien créer. Vous avez beau connaître toute la grammaire d’une langue, si votre vocabulaire est limité, vous aurez de la peine non seulement à vous exprimer, mais aussi à comprendre les gens.

À l’inverse, si votre grammaire est restreinte mais que vous connaissez assez de mots, vous serez capable de vous exprimer. Vous commettrez sans doute des erreurs, mais comme nous l’avons vu récemment, cela est normal et nécessaire. Réfléchissez-y une seconde : est-il préférable de s’exprimer imparfaitement ou de ne pas être capable de s’exprimer du tout ? Pour moi, le choix est vite fait.

Cependant, comme nous allons le voir, il ne suffit pas d’apprendre des mots isolés pour pouvoir s’exprimer. De manière générale, dans l’apprentissage des langues, l’important est d’apprendre les éléments en contexte. On ne peut réellement séparer vocabulaire et grammaire ; dans la pratique, ceux-ci n’existent pas indépendamment l’un de l’autre.

Pour une « approche descendante » de la grammaire

La plupart des gens suivent une « approche ascendante » (ou bottom-up) quand il s’agit d’apprendre une langue. En quoi consiste cette approche, généralement utilisée à l’école et dans la plupart des cours de langues ?

On apprend d’abord séparément des règles de grammaire ainsi que des mots, et on essaie ensuite de les combiner pour créer des phrases. Cette façon de faire, aussi « logique » et évidente qu’elle puisse paraître, est en fait peu efficace dans des situations réelles. Choisir ses mots et l’ordre dans lequel les arranger, tout en suivant les règles de la grammaire, demande de la réflexion. Lorsqu’il s’agit de tenir une conversation, on n’a malheureusement pas le temps pour ce processus.

Que faire alors ? Exactement l’opposé, c’est-à-dire adopter une « approche descendante » (ou top-down) de l’apprentissage des langues. Au lieu d’apprendre des éléments séparés (mots, conjugaisons, déclinaisons, règles de grammaire et de syntaxe, etc.) et d’essayer de les combiner en structures, il est possible de partir des structures et d’apprendre grâce à elles les éléments qui les composent. Dans la pratique, comment cela se traduit-il ?

Plutôt que d’étudier des règles de grammaire et des mots séparés, vous apprenez des phrases toutes faites et les employez lors de vos échanges linguistiques. Vous vous exposez également intensivement à la langue. Au début, vous utilisez votre méthode de langue, puis vous commencez à écouter des podcasts, à lire des livres, etc.

Grâce à ces phrases et à cette exposition à la langue, vous vous créez une sorte de base de données mentale, et vous développez une intuition linguistique semblable à celle des locuteurs natifs (plutôt qu’une compréhension théorique et abstraite). Petit à petit, vous pouvez créer vos propres phrases en remplaçant les éléments au sein des phrases toutes faites.

Je nomme « phrases-exemples » ces phrases déjà faites, car elles illustrent toutes sortes de phénomènes : place des mots dans la phrase, conjugaisons, déclinaisons, sens et utilisation de certains mots…

Un apprentissage par cœur légitime

On critique régulièrement l’apprentissage par cœur, et souvent à juste titre. Je pense cependant que dans le contexte de l’acquisition de la grammaire, il est utile et efficace d’apprendre des phrases-exemples par cœur. Ceci vous permet, dans un premier temps, d’exprimer de manière fluide certaines idées ; vous n’avez pas besoin de réfléchir à la formation de vos phrases, puisque vous les avez apprises. Ainsi, même avec un niveau basique dans la langue que vous apprenez, vous êtes capable de produire des phrases complètes rapidement, ce qui vous permet d’avoir des conversations plus fluides et naturelles avec vos interlocuteurs.

Certains seront tentés de critiquer cette idée, en disant que cela est artificiel et que vous n’avez pas de compétence réelle lorsqu’il s’agit de créer de nouvelles phrases. Ce qui m’amène au second point.

Dans un deuxième temps, après avoir intégré un certain nombre de ces phrases-exemples, vous aurez développé une certaine sensibilité vis-à-vis de votre langue cible, en apprenant à reconnaître les constructions récurrentes. Vous aurez acquis de nombreuses structures grammaticales de façon intuitive, tout comme les locuteurs natifs ont appris leur propre langue. Et vous serez capable de créer vos propres phrases, en commettant de moins en moins d’erreurs.

Les phases de l’apprentissage

Au fur et à mesure de votre apprentissage, vous aurez de plus en plus de facilité à créer vos propres phrases. Voici un résumé des phases par lesquelles vous passerez :

1) Vous êtes un(e) débutant(e), qui ne connaît presque rien à la langue. Vous vous contentez d’apprendre des phrases utiles par cœur, et vous les employez régulièrement. Il est difficile pour vous de créer vos propres phrases, mais vous essayez néanmoins, faisant des erreurs régulièrement (ce qui est normal et nécessaire, comme nous l’avons vu dans cet article). Niveaux A1-A2.

2) Vous avez déjà appris bon nombre de phrases et vous êtes capable de créer les vôtres sans trop de problèmes, utilisant les bonnes formes et constructions dans la plupart des cas. Vous faites néanmoins toujours quelques erreurs, surtout en ce qui concerne les formes les moins fréquentes. L’utilisation d’un livre de grammaire devient plus pertinente et plus intéressante, maintenant que vous avez une bonne vue d’ensemble du système. Niveaux B1-B2.

3) À ce stade, et si vous visez un niveau supérieur dans la langue, il est nécessaire de changer d’approche et de pratiques. L’utilisation d’un livre de grammaire prend tout son sens. Il est nécessaire d’avoir quelqu’un pour vous corriger régulièrement. Faire des traductions vers la langue cible peut être une excellente manière de travailler sur les structures difficiles et de combler les lacunes. En effet, lorsque vous parlez ou écrivez librement, vous pouvez toujours vous arranger pour éviter les formes problématiques. Avec la traduction, votre marge de manœuvre est plus limitée. Il faut noter que même les locuteurs natifs ne maîtrisent généralement pas totalement le système grammatical de leur langue, surtout pour ce qui est des formes les moins fréquentes. Niveaux C1-C2.

Quelques conseils supplémentaires

Les phrases-exemples que vous apprendrez proviendront de différentes sources : votre méthode de langue (je vous recommande Assimil), vos tandems, des podcasts, des livres.

Pour que la démarche soit pertinente et efficace, il est important de sélectionner des phrases utiles, que vous allez utiliser régulièrement, et qui illustrent des phénomènes grammaticaux courants, surtout en début d’apprentissage.

Par ailleurs, il ne suffit pas d’apprendre par cœur les phrases-exemples, il est nécessaire de les mettre en pratique avec un partenaire linguistique ou d’autres locuteurs natifs.

Plus vous avancerez dans votre apprentissage, plus l’utilisation d’un livre de grammaire deviendra pertinente. Une fois que vous aurez été exposé(e) à des phénomènes grammaticaux de manière récurrente, il sera plus facile de comprendre votre livre de grammaire. Dans tous les cas, rappelez-vous de ceci : quelle que soit votre compréhension théorique d’un point de grammaire, vous ne le maîtriserez réellement qu’à travers la pratique. Le mieux est donc de faire des allers-retours entre le livre de grammaire et l’utilisation de la langue, entre la théorie et la pratique.

En conclusion, il est préférable de ne pas accorder trop d’importance à la grammaire, surtout en début d’apprentissage. En étant suffisamment exposé(e) à la langue et en utilisant celle-ci, vous développerez vos compétences grammaticales de manière intuitive, sans trop y penser. Par la suite, si vous voulez atteindre une maîtrise élevée de votre langue cible, il sera toujours temps de vous plonger dans votre livre de grammaire, et de faire des exercices spécifiques.

Avez-vous des difficultés avec la grammaire de la langue que vous apprenez ? Accordez-vous beaucoup d’attention à celle-ci ? Partagez vos expériences dans les commentaires !

Par |2019-01-22T13:08:44+01:0019 décembre 2017|Catégorie : Grammaire|

À propos de l’auteur :

Nathaniel Hiroz est le créateur de Devenir Polyglotte. Il parle une demie-douzaine de langues couramment et partage sur ce site son expérience en matière d'apprentissage des langues.

Laisser un commentaire

Rejoignez le Club des Polyglottes !

Pour ne rien manquer des développements du site, pour rester informé(e) des derniers articles publiés et pour avoir accès à  des astuces et outils supplémentaires, inscrivez-vous à  la lettre hebdomadaire du Club des Polyglottes.

Abonnez-vous en cliquant ici !